Ewen Plas : «Sans mon casque, je serais mort !»

Il y a quelques semaines, Ewen Plas était encore sur son lit d’hôpital. Plongé dans le coma. Entre la vie et la mort. Une mauvaise chute. Sa tête percute une bouche à incendie. Puis c’est le trou noir. Pendant une semaine. Aujourd’hui, ce jeune coureur breton de 15 ans raconte son histoire.

21 Juin – 2e étape de la Sportbreizh Cadet.

En attente de l’épreuve Elite Nationale, les cadets se disputent aussi la victoire de la Sportbreizh. Une épreuve atypique de par son format, au goût particulier pour Ewen : «En cadets, nous n’avons pas beaucoup de courses par étapes. Et puis les chemins («ribins» comme on les appelle) et les bosses rendent la course attirante pour les jeunes comme moi.» Seulement cadet première année, le coureur du BIC 2000 espérait bien figurer. Mais lors du troisième tour de la deuxième étape, il chute. «Je n’en ai aucun souvenir. Le vide total.» confie Ewen.

Le 26 juin, date à laquelle Ewen s'est réveillé de cinq jours de coma (DR)
Le 26 juin, date à laquelle Ewen s’est réveillé de cinq jours de coma (DR)

Transporté à l’hôpital de Brest, le cycliste finistérien est plongé dans le coma. Traumatisme crânien, oedème au cerveau, hématome au crâne et de multiples plaies viennent lui balafrer le visage, les bras et les jambes. Sept jours durant, Ewen Plas est entre la vie et la mort. «J’ai eu beaucoup de chance. Je me suis réveillé rapidement. Ça aurait pu durer deux, trois ou six mois !» témoigne l’intéressé. «Quand j’ai ouvert les yeux, j’étais totalement perdu. Je ne savais pas où j’étais, ce qui m’arrivait. J’avais tout oublié. Je me sentais encore un peu dans les vapes et je n’ai pas reconnu mes parents…»

L’histoire de ce coureur de 15 ans a ému les coureurs de tous horizons. Amateurs, proches et mêmes professionnels se sont manifestés sur les réseaux sociaux. «Ça m’a permis d’aller de l’avant. Dans un moment difficile comme celui-là, c’est important de recevoir des messages de soutien.» Julien Simon (Cofidis), Angelo Tulik (Europcar) ou encore la consultante d’Eurosport et ancienne championne de France, Marion Rousse (Lotto-Soudal), ont témoigné de leur soutien envers Ewen. «Marion a même pris de mes nouvelles quelques semaines après. Je les remercie tous. Ça me touche.»

Aujourd’hui, Ewen Plas va mieux. «Quand je suis allé à Mûr-de-Bretagne, voir le Tour de France, j’ai croisé mes idoles. C’est ça qui me fait rêver. Je ne sais pas quand je pourrai reprendre correctement, mais je reprendrai, c’est sûr.» Un breton. Pur et dur avec le caractère qui va avec. Déjà prêt mentalement à remonter sur son vélo mais jamais sans son casque. «Sans mon casque, je serais mort. J’espère que mon cas fera réfléchir. Quand j’en vois certains rouler sans casque, je m’insurge. Ils ne savent pas ce qu’ils risquent…» Lui, ne sortira jamais sans son casque. Celui qui lui a sauvé la vie.

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou

Publicités

Une réflexion sur “Ewen Plas : «Sans mon casque, je serais mort !»

  1. heureux de savoir que vous allez mieux et je partage tout à fait qu il y a encore des personnes qui sortent sans casques , l ignorance peut tuer.bon retour sur le vélo.
    signé :
    Un anamateur de cyclisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s