Alberto Cecchin : «Ils ont voulu nous sortir de la bordure mais on a collaboré !»

Mardi 26 avril, sur les routes du Tour de Turquie, allègrement exposées au vent de côté, la formation belge Lotto-Soudal ne s’est pas privée de réaliser un coup de bordure magistral. Environ 25 coureurs puis une petite quinzaine et seulement huit, dont six coureurs de la seule équipe Lotto. Les deux autres ? Deux équipiers du Team Roth : Alberto Cecchin et Nicola Toffali. Le soir, on a contacté Alberto Cecchin, deuxième de l’étape !

Il est 21 heures en Turquie, et Alberto Cecchin (Team ROTH) récupère après l’étape explosive dont il vient d’être l’un des acteurs. À 26 ans, l’Italien est loin d’être le plus connu du peloton. Vainqueur l’an dernier du Trofeo Alcide Degasperi (1.2), on l’a également vu se mettre en évidence sur le Tour de Bretagne ou de Normandie en y enchainant les Top10 sans parvenir à s’imposer. Un an plus tard, voilà Cecchin de retour sur un podium et pas n’importe lequel.

Alberto Cecchin accompagne André Greipel et Kris Boeckmans sur le podium de la 3e étape du Tour de Turquie
Alberto Cecchin accompagne André Greipel et Kris Boeckmans sur le podium de la 3e étape du Tour de Turquie

Les 75 premiers kilomètres à 50km/h de moyenne !

La troisième étape du Tour de Turquie, promise aux sprinteurs après deux premiers jours escarpés où les grimpeurs – puncheurs ont tiré leur épingle du jeu, a été menée grand train. La faute au vent, mais aussi, et surtout, à des Belges bien décidés à mettre une bonne partie du peloton dans la caillasse. Le Français Quentin Pacher (Delko Marseille Provence KTM), 5e du classement général avant cette étape, raconte sur les réseaux sociaux : «Une étape digne du Tour du Qatar ! Des bordures se forment dès le kilomètre 3, et c’est parti pour 160 kilomètres comme ça.» L’ancien coureur de l’Armée de Terre ajoute : «160 kilomètres sur une autoroute, dans la même direction avec un vent à 50 km/h et des rafales à 70 ! On a roulé à 50 km/h dans les 75 premiers kilomètres.» Le décor est posé.

«On rêvait de gagner, mais c’était trop dur !»

Alors quand Lotto-Soudal décide de réduire ce qu’il restait dans le groupe de tête, ils sont très peu à s’accrocher. Ils ne sont que trois. Cecchin et Toffali (Team ROTH) mais aussi Enrique Sanz (SouthEast) mais l’Espagnol finira sa course dans les graviers, les quatre fers en l’air. Victime du vent, du coup de bordure, ou d’un coup de genou comme il le publie sur Twitter ? La dure loi d’Eole quand il s’invite sur une course de vélo. «Notre directeur sportif, Alessandro Spezialetti (ancien coureur chez Lampre, NDLR) nous avait prévenu que le vent pourrait être décisif. On avait pour consigne de rester à l’avant. C’est ce qu’on a fait.» narre Alberto Cecchin. Mais voilà les deux italiens partis pour 25 kilomètres en tête à tête avec six coureurs de chez Lotto-Soudal.


«Ils ont voulu nous sortir et finir à six, mais on s’est intercalés dans leurs relais au maximum de ce que l’on pouvait. J’ai discuté avec eux, et c’était clair qu’avec un tel scénario, c’était fini. Il fallait rouler plein gaz !»
Alberto Cecchin.


À l’image du coup de force de Cofidis sur la Classic Loire-Atlantique en Coupe de France – 4 dans les 5 premiers – ou de Caja Rural, la veille, sur le Tour de Turquie5 dans les 8 premiers – la victoire pouvait difficilement échapper à l’équipe sur-représentée à l’avant. «On rêvait de gagner, c’est normal, mais c’était vraiment beaucoup trop dur !» Alors que tout le monde voyait Kris Boeckmans, rescapé d’une terrible chute sur la dernière Vuelta, renouer avec le succès, c’est finalement André Greipel qui l’emporte, au sprint. Les deux coureurs du Team Roth n’ont pas vraiment pu rivaliser face au Gorille de Rostock. Deuxième et quatrième, les Italiens sont tout de même venus ponctuer une journée totalement folle où les écarts à l’arrivée sont conséquents : le 20e de l’étape perd 8 minutes, le 25e en concède 15 et le reste du peloton… 25 ! «Maintenant, j’espère pouvoir être en mesure de refaire des belles courses comme ça.» Alberto Cecchin ne s’en privera pas.

Josselin Riou
@josselin_riou

Publicités

Une réflexion sur “Alberto Cecchin : «Ils ont voulu nous sortir de la bordure mais on a collaboré !»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s