Laura Perry, la reconversion culinaire

Toute jeune retraitée du cyclisme, Laura Perry a rapidement su rebondir. À tout juste 20 ans, l’ancienne double championne de France Juniors – route et cyclo-cross en 2013 – vient de lancer son propre business. Depuis quelques mois, la Franc-Comtoise, établie à Dijon, tient l’Estafood 21, un camion-cuisine qui vient à votre rencontre. Elle sera, dimanche, à Nommay, pour la finale de la Coupe de France de cyclo-cross. Entretien.

Laura Perry de retour à Nommay, trois ans après son sacre national

Nommay. Cette petite bourgade du Doubs, au nord de Sochaux, à quelques kilomètres d’Etupes, l’ancien club de Laura Perry, où elle y vécu les plus fortes émotions sur un vélo. Nommay, un après-midi de janvier 2013. C’est là que la Franc-Comtoise est sacrée championne de France Junior de cyclo-cross. Les yeux embués par les larmes. Par l’émotion d’un titre national à domicile. Sur ses terres. Un peu plus de trois ans plus tard, Laura Perry sera de retour, dimanche, à Nommay. Mais cette fois-ci, pas question pour elle d’accrocher un dossard sur une quelconque combinaison. Cette fois, pour voir l’ancienne championne, il faudra chercher une camionnette rose et pour ça, le meilleur moyen reste assurément d’avoir l’odorat bien aiguisé.

Désormais «retraitée» du cyclisme, Laura Perry a radicalement changé de cap. Si elle est seule derrière ses petits fourneaux, la néo-cuisinière peut profiter du soutien inconditionnel de Melvin Rullière, son compagnon et coureur cycliste au VC Rouen 76 (DN1). «C’est de lui que vient cette idée, souligne l’intéressée. Il trouvait que je cuisinais bien. Il m’a dit que je devrais en faire commerce. L’idée du foodtruck (ou camion-nourriture pour les non anglophones, NDLR) m’a semblé inévitable car je n’ai pas de formation pour travailler dans la restauration.» Mais le retour à la réalité, loin des pelotons, n’a pas été évidente pour la cycliste qui bénéficiait alors d’un contrat avec le CC Etupes. «Je ne faisais que du vélo. J’étais bien. Le cyclisme, c’était ma vie ! Quand tu es dedans, tu n’imagines pas comment se déroulera ton passage à la vie active. Et puis un jour, tout s’arrête. Tu te retrouves comme un idiot.» reconnait Laura Perry. Autodidacte et débrouillarde, l’ancienne coursière ne compte alors pas rester au chômage. Passionnée de cuisine depuis son enfance, aux côtés de sa maman, naturellement gourmande, la jeune femme de 20 ans se plait à répéter «que l’homme vit car il se nourrit.» Pas totalement faux !

Alors l’Estafood 21 est née. Ce joli petit camion qui rappelle un peu celui de Louis La Brocante. Chacun ses références… Vêtu de son manteau rose, le food-truck a séduit son petit monde à Gervans, lors de la première manche de la Coupe de France de cyclo-cross. Les commentaires, tous positifs, ont fusé. Les burgers et autres gaufres ont su raviver les papilles du public et des coureurs. Deux mois plus tard, Laura remet le couvert. À Nommay, sur ses terres. «Je trouve ce concept de food-truck sur les cyclo-cross assez sympa et je ne pense pas être la seule. Franchement, ça pourrait être énorme que d’autres épreuves me demandent à travers la France. Bon, après faudrait que je déplace mon estafette sur une remorque car c’est pas super pratique à déplacer !» confie celle qui ne semblait, pourtant, ne pas avoir encore réfléchi à l’avenir de son projet. Voilà une idée à creuser. 

En tout cas, les absents de Gervans n’auront, cette fois, aucune excuse pour passer à côté de l’Estafood sans y prendre un petit quelque chose. La Gazette des Sports vous a prévenu !

L’avis de… Maëlle Grossetête
lauréate de la Coupe de France Juniors 2015-2016 de cyclo-cross

mae%cc%88lle-grossete%cc%82te-a-lestafood-de-laura-perry«Comme beaucoup de monde, c’est à Gervans, après ma course, que j’ai découvert l’Estafood de Laura. J’y ai pris une succulente petite gaufre. Depuis, j’attends de pouvoir y retourner ! Moi qui l’ai connue sur le vélo, je trouve que c’est quelque chose qui lui correspond vraiment. C’est quelqu’un qui aime le contact avec les gens. Elle a toujours le sourire. Cette activité colle parfaitement avec sa personnalité. Et puis avec sa camionnette rose, elle attire l’oeil. Ça claque ! Chez Laura, tout y est fait maison. Pour un coureur, ça vaut le coup de s’arrêter après sa course pour y prendre quelque chose en guise de collation. Ce sera mieux qu’un traditionnel sandwich jambon – St Moret…»

Josselin Riou
@josselin_riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s