#Bieles2017 – Joris Nieuwenhuis dans un fauteuil

L’épreuve réservée aux hommes de moins de 23 ans fût limpide, ce dimanche, à Bieles. Personne n’a su contrecarrer les plans du Néerlandais Joris Nieuwenhuis, qui s’est envolé dès le départ pour décrocher son premier titre mondial. Derrière, la lutte effrénée pour les médailles a tourné à l’avantage de l’Espagnol Felipe Orts. Sieben Wouters complète le podium. Les Belges doivent se contenter des places d’honneur. Résumé. Photo : Yefrifotos

Déjà vainqueur de la Coupe du Monde et de sa finale à Hoogerheide, Joris Nieuwenhuis faisait logiquement partie des favoris au départ de l’épreuve espoirs des mondiaux de Bieles. Mais les adversaires se présentaient en nombre sur la ligne de départ : Eli Iserbyt – tenant du titre -, Quinten Hermans – double champion d’Europe -, Clément Russo – troisième de la Coupe du Monde – ou encore Simon Andreassen – champion du monde juniors il y a deux ans. Mais la technicité du parcours se chargea de mettre de l’ordre dans la hiérarchie internationale.

Auteur d’un excellent départ, Clément Russo prend rapidement les commandes de l’épreuve avant de chuter et de rentrer dans le rang. Un groupe conséquent se forme alors à l’avant. Nieuwenhuis en tête : Aerts et Cleppe (Belgique) mais aussi Bertolini (Italie) sont les plus prompts à réagir. Joshua Dubau et Tony Périou (France) sont encore au contact des meilleurs après deux tours de circuit mais, déjà, le titre semble s’éloigner. Joris Nieuwenhuis n’aura jamais connu d’ennui. «J’ai été propre techniquement. Je n’ai pas fait de fautes et c’est ce qui m’a permis d’avoir ce matelas d’avance sur mes adversaires.» note l’intéressé en conférence de presse. Trente secondes puis quarante. L’écart monte jusqu’à la minute et la dépasse aisément. L’intérêt du public, nombreux, se tourne alors vers les médailles.

Faillite belge

Ils étaient une poignée à pouvoir espérer monter sur le podium à l’entame du final de ce championnat du monde. Les Belges Nicolas Cleppe et Thijs Aerts, le frère de Toon, champion d’Europe Élites, tenaient le bon bout à la cloche. À leurs trousses : Felipe Orts (Espagne), Joshua Dubau (France), Sieben Wouters (Pays-Bas) et Gioele Bertolini (Italie). Ce dernier, un temps deuxième, a enchaîné les petites erreurs techniques jusqu’à crever. La tuile de trop pour l’Italien, condamné à voir le podium s’en aller. Aerts et Cleppe se livrent un duel pour les médailles. La présence de Felipe Orts, maillot sang et or, dans leurs roues semble relever du miracle. Le drapeau espagnol flotte dans le ciel de Bieles. Pas commun dans la fraîche ambiance du cyclo-cross. Bien loin du challenge de Majorque, d’Alberto Contador ou d’Alejandro Valverde. Felipe Orts, 21 ans, croit dur comme fer en son rêve. Celui de ramener une breloque du mondial au milieu des Belges et autres néerlandais, stars de la discipline. À l’aise techniquement, frais après 50 minutes de dur labeur, Orts parvient à distancer Aerts puis Cleppe et s’offre l’argent à la plus grande surprise des spectateurs, pas peu étonnés de voir un Espagnol sur le podium.

En plus de l’or de Nieuwenhuis, les Néerlandais peuvent se satisfaire du bronze décroché par Sieben Wouters. Espoir troisième année, Wouters a réalisé une fin de course remarquable. Revenant de l’arrière, il a parfaitement profité des erreurs adverses pour monter sur le podium, au nez et à la barbe des Belges : Aerts (4e) et Cleppe (5e). Joshua Dubau, premier français, prend la sixième place. Régulier tout au long de l’épreuve, le Champenois, licencié au Team Peltrax, n’a toutefois jamais semblé être en mesure de revenir sur les médaillés. «Un ton en-dessous. Ceux qui vont chercher le podium étaient plus forts, plus frais sur la fin de course. Mais sixième, c’est déjà bien. C’est mon meilleur résultat cet hiver au niveau mondial. Je suis satisfait.» glisse-t-il à l’arrivée, maculé de boue, sous les yeux de son frère jumeau, Lucas, 14e.

Clément Russo (11e) et Eddy Finé (13e) s’intègrent à un Top 15 où ne figure pas Eli Iserbyt, champion du monde en 2016, seulement 17e, ni Tony Periou. Le champion de France de Lanarvily a lourdement chute à deux reprises alors qu’il était au contact du groupe Orts, Wouters, Dubau. Après deux très bons premiers tours, le Breton a glissé dans le désormais fameux dévers de Bieles où le verglas de la veille a laissé place à une boue toute aussi glissante. S’il est reparti, le coureur du VCP Loudéac souffrait du bras et de la main. Quelques secondes plus tard, Periou se retrouvait à terre. Abandon. Une triste fin pour l’invité surprise de cette fin de saison.

Par Josselin Riou
@josselin_riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s