Arnaud Jouffroy, des plateaux aux platines

D’une passion à l’autre. Arnaud Jouffroy, 27 ans ce mardi, ne s’arrête jamais. Retraité des pelotons après avoir fait rêver nombres de jeunes en devenant champion du monde junior puis espoir de cyclo-cross, Arnoyo est devenu commercial chez Time tout en pratiquant sa passion : mixer.

Star des sous-bois, grâce notamment à ses vidéos originales pour l’époque, Arnaud Jouffroy fait partie de la crème du cyclo-cross français et international dès les rangs juniors. Vainqueur de la Coupe du Monde de la spécialité en Junior 2, il décroche le maillot irisé à Trévise, au nez et à la barbe d’un certain Peter Sagan. Excusez du peu. Parti en Belgique, où il porte le maillot de Telnet Fidea et BKCP-Powerplus, le coureur d’Agde se blesse au genou et met un terme à sa carrière en 2013. Un bref au-revoir au cyclisme.

«Tu te demandes ce que tu feras après ta carrière…»

Quelques mois plus tard, il intègre la société TIME en qualité de commercial. Depuis, l’ancien champion sillonne les routes du sud de la France, de Lyon à Monaco, de Bordeaux à Biarritz. «Quand tu es coureur cycliste, tu te demandes forcément ce que tu feras après ta carrière. Rouler te prend tellement de temps… Mais finalement, je n’ai mis que dix jours à trouver mon poste chez Time.» raconte l’ancien coureur de Vendée U et La Pomme Marseille.

Quand il a le temps, Arnaud Jouffroy assouvit ses passions. Quelques sorties de vélo, parfois, ou du kite-surf sur les rives de la Méditerranée. «De mars à mai, dès que le vent souffle assez fort, je peux aller de Marseille à Perpignan. Je m’éclate» confie ce passionné qui multiplie les projets. Le dernier en date ? Mixer !

Arnoyo devient DJA

Et comme dans chacune de ses entreprises, sportives ou professionnelles, Arnaud Jouffroy le fait à fond. Et plutôt bien. «DJA» a donc remplacé Arnoyo. Les platines ont remplacé les plateaux et dérailleurs. Entre copains, à la maison, Arnaud mixe. «J’ai commencé par hasard lors d’une soirée entre amis. Je ne voulais pas qu’on s’ennuie alors j’ai acheté un petit truc pour mixer. Je ne savais même pas comment ça marchait mais j’ai pris plaisir à l’utiliser.» se souvient-t-il.

S’il rêve désormais de produire et pas seulement de mixer, Arnaud Jouffroy continue de découvrir dans un milieu où son CV est encore quasiment vierge. En contact avec plusieurs boites de nuit et bars de Montpellier, où il vit, le disc-jockey vient de signer un contrat de résident à l’O’T Club de Saint Gély du Fesc dans la banlieue montpelliéraine. Un samedi sur deux, «DJA» sera aux platines. Bien loin de ses tenues irisées et de ses trophées en pagaille, témoins d’un glorieux passé, Arnaud tente de faire sa place, dans un milieu très concurrentiel. Mais une chose est sûre, Arnaud Jouffroy met la même volonté derrière les platines que sur un vélo.

Par Josselin Riou
@josselin_riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s