Les petites histoires du cyclo-cross français

Lignières

Les petites histoires du cyclo-cross français

Par Josselin Riou (@Josselin_Riou)

Nous étions les 11 et 12 Janvier de l’an 2014. Une nouvelle année s’offrait au monde. Aux sportifs. Aux cyclistes. Aux cyclo-crossmen. Les championnats de France de la discipline établissaient leurs quartiers dans le berry. Lignières-en-Berry et son pôle du cheval de l’âne précisément. Pour vous, lecteurs fidèles et assidus, La Gazette des Sports a déniché les petites histoires du cyclo-cross français.

Du chocolat chez les Turgis

Il y a tout juste un an, aux Championnats de France de Nommay, la fratrie parisienne s’offrait trois Top10. Alors en 2014, Tanguy, alias « Bibi » et Anthony, alias « Doudou » pouvaient espérer gros. (Lire le portrait des Trois Frères) Un accessit ne leur suffirait pas. Une breloque pourrait les satisfaire. Mais c’est bien le titre national, son maillot tricolore et sa médaille d’or que les frères Turgis étaient venus conquérir à Lignières. Malgré la concurrence, seul le graal les motivait. Alors samedi, au moment d’entrer dans l’arène, ou plutôt dans le pôle du cheval et de l’âne, les « Turgis Brother » étaient outsider. Tanguy chez les cadets, Anthony chez les Espoirs. Jimmy, l’aîné, le fidèle supporter, était posté devant son ordinateur à soutenir sa relève familiale.

Dans une course cadenassée, où le plus habile allait l’emporter, Tanguy Turgis dû s’incliner pour le titre de champion de France. Pire, le coureur francilien de l’US Métro Transports ne parvint pas à monter sur le podium. Dans un sprint à quatre, Turgis fût le dernier maillon de la chaîne. Le premier au pied du podium. Une déception qui, malheureusement, en appela une autre. Celle du grand frère. Face à Clément Venturini, annoncé intouchable et à David Menut, remonté comme jamais, Turgis allait avoir du fil à retordre. Malheureusement pour lui, un problème mécanique d’entrée de course l’englua dans les profondeurs du peloton Espoir. A partir de ce moment-là, les rêves de titre s’envolèrent. Ses supporters redoublèrent leurs encouragements.

Anthony Turgis aura tout donné pour accéder au podium

Pour les suiveurs, la course d’Anthony Turgis était fichue. Mais doué d’une force mentale, le coureur du CC Nogent Sur Oise, flanqué exceptionnellement de son maillot fluo du comité de Picardie, n’abdiquait pas. Il multiplia ses efforts. Doubla ses concurrents les uns après les autres. Sa remontée fût l’un des moments forts de la journée. Des entrailles du classement à son sommet. Ou presque. Au terme des cinquante minutes d’épreuves, le picard dû rendre les armes. La tête haute. Mais au pied du podium tant espéré. C’est donc avec la médaille au chocolat autour du cou, et sans doute quelques regrets, que les frères Turgis sont rentrés à la maison. Les aventures de la « Turgis family » ne sont pas prêtes de s’arrêter !

Le championnat de France par équipe

Sur les championnats de France, c’est l’occasion pour certains, voire beaucoup, de revêtir le maillot du comité régional qu’ils représentent. Bretagne, Nord-Pas-de-Calais, Provence, Nouvelle-Calédonie ou Midi-Pyrénées. La Gazette des Sports a décidé d’établir le classement par comité régional dans toutes les catégories. Sur la base des trois meilleurs de chaque comité dans les catégories masculines. Les deux meilleurs pour les courses féminines. Voilà le travail !

Elites :

Île-De-France

12 points

Bourgogne

39 points

Franche-Comté

41 points

Rhône-Alpes

47 points

Lorraine

74 points

Pays-de-Loire

82 points

Région Centre

107 points

Bretagne

113 points

Languedoc-Roussillon

119 points

Espoirs :

Rhône-Alpes

19 points

Picardie

32 points

Pays de Loire

43 points

Bretagne

53 points

Limousin

59 points

Région Centre

93 points

Juniors :

Rhône-Alpes

19 points

Île-de-France

40 points

Pays-de-Loire

48 points

Champagne-Ardenne

49 points

Lorraine

60 points

Franche-Comté

93 points

Bretagne

96 points

Nord-Pas-de-Calais

123 points

Cadets :

Île-de-France

30 points

Rhône-Alpes

31 points

Bretagne

42 points

Normandie

44 points

Franche-Comté

57 points

Pays-de-Loire

75 points

Picardie

105 points

Région Centre

136 points

Elite Dames :

Franche-Comté

7 points

Champagne-Ardenne

13 points

Île-de-France

20 points

Lorraine

24 points

Centre

26 points

Bretagne

32 points

Nord-Pas-de-Calais

32 points

Juniors Dames :

Bretagne

5 points

Pays-de-Loire

11 points

Île-de-France

13 points

Région Centre

18 points

Poitou-Charentes

21 points

Cadettes :

Alsace

7 points

Franche-Comté

7 points

Provence

25 points

Bretagne

26 points

Picardie

29 points

Normandie

43 points

La Bretagne championne de France par équipes

Le comité de Bretagne est la seule région à être représentée dans toutes les catégories de notre classement par équipes ! Cette performance met en valeur le travail d’une région dirigée vers toutes les catégories. Ainsi, au moins trois coureurs bretons et deux coureuses bretonnes ont terminé leurs championnats de France respectifs.

A signaler que le comité Rhône-Alpes a placé sept de ses coureurs parmi les 25 premiers de l’épreuve Juniors. Mais l’Île-de-France a fait mieux chez les Elites. En classant sept de leurs coureurs parmi les 19 premiers. Sacré collectif.

Canal : le « France » contrastée d’une famille

Fabien Canal survole les planches

Dimanche matin, il était tôt lorsqu’Emile Canal, flanqué du numéro 1 prenait le départ. Le coureur franc-comtois, champion de France à de multiples reprises en VTT ou en cyclo-cross, pouvait croire à une belle place d’honneur. Et pourquoi pas une breloque ? Ou bien le titre ! Malheureusement, le championnat de France d’Emile Canal fût bien court. Une vilaine chute brisa son casque. Fin de course immédiate pour le jeune frère de Fabien. Et pourtant, les espoirs de la famille Canal n’étaient pas partis en fumée.

Quelques heures plus tard. Sous les caméras de France TV. Alors que des milliers de personnes suivaient la course, un militaire s’est distingué. Sa tenue aura sacrément impressionné Jean-René Godart. Mais nous, ce qui nous a impressionnés, c’est la performance du capitaine Canal. A l’attaque d’entrée de course, le VTTiste n’a pas faiblit. Mieux, il a surpris ses adversaires pour décrocher l’argent. Au nom de sa famille. Ce tout nouveau père de famille peut savourer !

Le cyclisme, une affaire de familleLes soeurs Axelle Dubau-Prévôt et Pauline Ferrand-Prévôt

Ce n’est pas d’aujourd’hui. Le sport en règle générale est une passion que l’on hérite souvent. Le sport c’est génétique ? En tout cas, les « fils & filles de » sont traditions. La Gazette des Sports vous a fait la liste des familles représentées à Lignières-en-Berry.

Les Dubau : Les frères Joshua et Lucas chez les Juniors, Ludovic, le père chez les Elites. Les sœurs Pauline Ferrand-Prévôt et Axelle Dubau-Prévôt. Elles-mêmes cousines des Dubau.
La fratrie Menut : Audrey, chez les Dames, David, chez les Espoirs.
Les frères Canal : Emile en Juniors, Fabien en Elites.
Les frères Turgis précédemment cités.
La fratrie Billouin : Solene chez les Dames, Eloi en Cadets.
Le couple Chainel : Lucie dans l’épreuve Dames, Steve en Elites.
Les frères Koretzky : Victor en Espoirs, Clément en Elites.
La fratrie Montana : Sarah en Cadette, Sylvain en Juniors.
La fratrie Morichon : Anaïs en Cadette, Mathieu en Espoirs.
La fratrie Stumpf : Florian en Cadets, Fanny chez les Dames.

N’hésitez pas à compléter cette liste.

Du show encore du show toujours du show !

Les passages de planches sont désormais monnaie courante dans le cyclo-cross moderne. Et pourtant, à chaque fois, cela reste impressionnant à voir. Les coureurs s’amusent. Prennent plaisir à faire le spectacle. Et le public leur rend bien. Après notre article sur la technique à Quelneuc, deuxième manche du Challenge National, nous vous avons sélectionnés les meilleurs sauts de cabri. « The show must go on ! »

Matthieu Legrand (Île-de-France) passe les planches à vélo chez les cadets
Matthieu Legrand (Île-de-France) passe les planches à vélo chez les cadets
Odrian Champossin Volbrecht (Côte d'Azur) acrobate mais malchanceux chez les Juniors
Odrian Champossin Volbrecht (Côte d’Azur) acrobate malchanceux chez les Juniors
Clément Venturini (Cofidis) fait la différence dans les planches chez les Espoirs
Clément Venturini (Cofidis) fait la différence dans les planches chez les Espoirs
Et ça passe pour Clément Venturini (Cofidis) !
Et ça passe pour Clément Venturini (Cofidis) !
Au tour de Victor Koretzky (Languedoc-Roussillon) de franchir les planches à vélo
Au tour de Victor Koretzky (Languedoc-Roussillon) de franchir les planches à vélo
Théo Ferry (Lorraine) fait parti des nombreux coureurs juniors à jouer l'acrobate.
Théo Ferry (Lorraine) fait parti des nombreux coureurs juniors à jouer l’acrobate.
Mehdy Henriet (à gauche) et Hugo Pigeon (à droite) franchissent les planches à vélo
Mehdy Henriet (à gauche) et Hugo Pigeon (à droite) franchissent les planches à vélo

Mais parfois ça ne passe pas… Julien Noël (Champagne-Ardenne) a buté contre la planche. Belle petite cascade qui pourrait en refroidir certains.

Le lycée François Arago de Reims fief de champion

Le Lycée François Arago de Reims reçoit plusieurs coureurs de haut niveau.
Le Lycée François Arago de Reims reçoit plusieurs coureurs de haut niveau.

A Reims, ça carbure fort. Très fort. Alors déjà, à Reims, il y a Pauline Ferrand-Prévôt, la nouvelle championne de France Elite Dames. Mais dans la Marne, il y a aussi un lycée de champion. François Arago. Du nom d’un célèbre astronome, homme politique et écrivain français du XIXe siècle. Entre ces murs, étudient des pépites. Un certain Sébastien Havot (Argenteuil VS 95) nouveau champion de France Junior est en Terminale S. Mais aussi Lucas et Joshua Dubau (AC Bazancourt Reims) classés quatrième et sixième de l’épreuve Juniors. Et pour finir dans la catégorie des Juniors, l’ancien champion de France cadet 2012, Anthony Kuentz (ESEG Douai) passé à côté de ses « France » est aussi à François Arago ! Et puisqu’il en faut pour tout le monde. Lisa Huber (Argenteuil VS 95), septième en Juniors Dames, est également l’une des étudiantes du Lycée François Arago. Un établissement de talents en devenir.

La chute d'Odrian Champossin Volbrecht

Les malchanceux du week-end

Le championnat de France, c’est une course d’un jour. Trente, quarante ou cinquante minutes pour décrocher la plus belle des récompenses. Un titre national qui vient parafer un long travail de l’ombre. Du coureur, mais aussi de son entourage, de sa famille, de son club, de ses mécaniciens. Il faut tout accorder pour espérer réussir. Malheureusement, certains ont dû renoncer à la victoire.

C’est le cas d’Emile Canal. Comme indiqué plus haut, le franc-comtois dû faire avec la malchance et le destin, implacable. Une fin de course hâtive qui ne réduit pas les espoirs du jeune Canal pour l’avenir. En revanche, il y en a un qui rumine encore : Odrian Champossin Volbrecht. Venu tout droit de Côte d’Azur, le lauréat du Challenge National de Quelneuc n’a pas eu la même réussit. Manches courtes, dossard 5. L’azuréen était parti en trombe. Peut-être un peu trop… Une vilaine chute entraînait un problème mécanique. Et de là, tout s’enchaîna. Le cercle vicieux. Et au final, l’abandon. Les rêves d’équipe de France s’envolaient doucement…

Odrian Champossin aura perdu beaucoup de temps avant d'abandonner

La poisse, ça va, ça vient. Mais soyez rassurés. Comme Franck Ribéry le disait si bien : « La roue tourne va vite tourner ! »

Emeline Gaultier sera de la partie à Hoogerheide !

Emeline Gaultier sacrée championne de France

Pour la toute première fois de sa carrière, Emeline Gaultier (Bretagne), a été sacrée Championne de France de cyclo-cross. Au terme de quarante minutes de courses endiablée, la bretonne a prit le dessus sur Laura Perry (Franche-Comté), tenante du titre. Et puisque les bonnes nouvelles ne viennent jamais seules, Emeline Gaultier a appris sa sélection pour les prochains champions du monde de la discipline à Hoogerheide. Une bien belle expérience pour une jeune fille de pas encore 18 ans. L’avenir se prépare déjà !

Victor Koretzky refuse les MondesVictor Koretzky renonce aux Championnats du Monde

Le coureur languedocien, champion du monde Junior 2011 de VTT, vice-champion du monde Junior 2012 de VTT, a terminé cinquième des championnats de France Espoirs. Une belle course qui l’envoyait directement aux championnats du monde de Hoogerheide. Et pourtant, le coureur du VS Narbonnais a décidé de refuser sa sélection. Les Mondiaux du 2 février prochain tombent à la même date qu’un stage organisé par la nouvelle équipe de Victor Koretzky, le Team BH Suntour. La nouvelle, diffusée sur la page Facebook du coureur, ravira sans doute un Espoir français qui aura la chance de faire les « Mondes » !

Melvin Rullière mène la danse chez les Elites

Melvin Rullière recalé des Mondes

Les commentateurs de France TV avaient du mal à dire son nom. Sans doute surpris de voir un bourguignon à l’avant de la course.  La moutarde leur est monté au nez ! Melvin Rullière, 24 ans, originaire de Roussillon, dans l’Isère, 454e du classement UCI au 13 Janvier 2014. L’an dernier il terminait 26e des championnats de France Elites de Nommay (Franche-Comté). Cette année, Lignières-en-Berry l’a inspiré. Le protégé de Denis Repérant à Dijon, termine 5e au terme d’une course plus que brillante. Une progression rare à ce niveau. Malgré un raté magistral à Quelneuc, théâtre de la deuxième manche du challenge national, le Bourguignon se classa 7e à Saint-Etienne-Lès-Remiremont puis 13e à Flamanville, les épreuves inaugurale et finale du Challenge National – La France Cycliste. Une belle saison donc pour Melvin Rullière. Mais elle aurait pu être parfaite.

Elle aurait pu en étant couronnée d’une participation aux prochains mondiaux de la discipline. Le 2 février prochain à Hoogerheide (Pays-Bas). Certes, les chances de Rullière de conquérir le titre mondial et son maillot arc-en-ciel sont maigres. Voire maigrichonnes. Mais il faut former la jeunesse de demain. Or, dans ce cas présent, l’équipe de France aurait (nous parlons au conditionnel car la composition officielle n’a pas été confirmée par la Fédération Française de Cyclisme) décidé de sélectionner les six premiers du Championnat de France Elites sauf le cinquième. Pas de bol, le cinquième en question est dijonnais et s’appelle Melvin Rullière. Recalé. Il faudra repasser. A sa place, le sixième, Steve Chainel, serait sélectionné. Professionnel au sein de la formation AG2R-La Mondiale, la trentaine passée, Chainel a déjà pris la 9e place d’un mondial de cyclo-cross. C’était il y a cinq ans. C’était à … Hoogerheide ! Mais aujourd’hui, ne devait-on pas laisser sa chance à un coureur d’avenir en pleine bourre physique ? Vous avez quatre heures.

Remerciements à Leslie Corbel, Charline Noël et Alexia Tintinger pour leurs photos. N’hésitez pas à faire un tour sur leurs pages Facebook et sites internet !

Une réflexion sur “Les petites histoires du cyclo-cross français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s