Nicolas Roche : «Je veux aider les jeunes»

Nicolas Roche, 30 ans, est une figure du cyclisme irlandais. Si le nouveau coureur du Team Sky poursuit ses objectifs personnels, il s’investit aussi, et surtout, dans l’avenir du cyclisme de son pays. Créée en 2013, la Nicolas Roche Performance Team encadre les meilleurs Juniors de l’île et s’ouvre maintenant aux coureurs français. Actuellement en stage à Majorque avec Chris Froome et ses nouveaux partenaires, Nicolas Roche nous a accordé un entretien.Nicolas_Roche_Chris_Froome_Stephen_Roche

Nicolas pourquoi avoir lancé cette équipe Junior, il y a maintenant deux ans ? 

Nicolas Roche : «Avec Philip Finegan et Dermot Rutherford, deux amis irlandais, nous cherchions un nouveau projet à développer, en plus de la Nicholas Roche Classic, organisée au mois d’octobre à Dublin. On est arrivé à se dire que les jeunes, ce pourrait être intéressant. Mais je ne voulais pas commencer trop jeune. En cadet, c’est bien d’être sérieux, mais c’est très jeune.Ensuite des structures existaient déjà pour les Espoirs. Je ne voulais vraiment pas interférer avec la fédération et imiter quelque chose. Je voulais un projet utile qui puisse aider les jeunes. S’occuper des Juniors permet aussi d’avoir une structure raisonnable. Je préfère faire petit plutôt qu’un gros projet qui tombe à l’eau.»

À ton époque, comment se sont passées tes années juniors ?

Nicolas Roche : «Je suis venu m’installer en France alors que je n’avais que 15 ans. Avant mes années Juniors. J’ai donc bénéficié des infrastructures présentes en France. En Irlande, à l’époque il y avait quoi… 80, 90 juniors maximum. Ce n’était même pas l’équivalent d’un comité régional en France ! Ce n’était  presque pas la peine d’aller aux Championnats du Monde. Depuis, ils sont plus nombreux et il nous faut les aider»

La Nicolas Roche Performance Team est donc là pour développer le cyclisme irlandais.

Nicolas Roche en compagnie de son acolyte, Phil Finnegan
Nicolas Roche en compagnie de son acolyte, Phil Finnegan

Nicolas Roche : «Tout à fait. Avec l’équipe, on leur propose une première expérience internationale. Nous sommes aussi là pour soulager les parents financièrement et accompagner les coureurs. À cet âge là, on se cherche. Tu vois si tu aimes vraiment ça, si tu peux passer un cap. Il faut savoir gérer les à côtés. Le Bac, les copains, les sorties au ciné, etc… Nous sommes là pour les éduquer sur le vélo. Les discipliner. Les conseiller et éviter de leur faire perdre le plaisir. A Dublin il y a Philip et Dermot, et quand on se déplace, Jean Vantalon et Patrick Quinn nous rejoignent, surtout sur la France. »

2015 marquera la troisième année de cette équipe. Quel premier «bilan» fais-tu ?

Nicolas Roche : «On progresse ! Michael O’Loughlin a terminé 8e des derniers championnats du monde de contre-la-montre individuel et premier Junior 1. La première année, nous sommes beaucoup restés dans le pays. Nous n’avions pas encore le budget et il nous fallait faire nos preuves. En 2013, les jeunes ont tout gagné en Irlande. Alors nous avons reçu quelques invitations en France notamment sur le Trophée Centre Morbihan et en Belgique. Les premières courses à l’étranger ont été compliquées. Il fallait secouer la baraque ! Après avoir tout raflé chez nous, ils ont pris une petite claque en Belgique et sur la France ensuite ils se sont mieux défendus mais ca a été dur tout de même. Ils sont rentrés la queue entre les jambes. Mais c’est comme ça que l’on apprend. Chaque semaine, il faut se remettre en question. C’est aussi cela qu’on leur apprend.»

Et en 2015, vous allez accueillir deux petits français.
L’équipe s’ouvre à l’étranger ?

Nicolas Roche : «Effectivement, nous allons accueillir Johan Delalaire et Clément Suire. Ce sont les premiers étrangers que nous allons recevoir dans l’équipe. Il ne devrait pas y avoir d’autres nationalités mais le recrutement n’est pas encore terminé. Je ne suis pas fermé à cela. J’ai vécu 15 ans en France. J’ai gardé de nombreux liens avec ce pays. Jean Vantalon nous met en relation avec certains coureurs de l’hexagone. Si on peut les aider, c’est génial. Nous avons tissé des liens forts avec des clubs français comme Hennebont Cyclisme ou l’AC Bisontine dont nous sommes partenaires. Trois jeunes irlandais, dont Michael O’Loughlin ont d’ailleurs signé à l’AC Bisontine pour 2015.»

À gauche, Nicolas Roche aux côtés de Pascal Orlandi, le président de l'AC Bisontine. À droite, en compagnie de Cédric Le Ny, président d'Hennebont cyclisme.
À gauche, Nicolas Roche aux côtés de Pascal Orlandi, le président de l’AC Bisontine. À droite, en compagnie de Cédric Le Ny, président d’Hennebont cyclisme.

Quel sera le programme de l’équipe ?

Nicolas Roche : «Pour le moment, nous sommes dans l’attente. Pour définir le planning, il faudra boucler l’effectif. Et pour boucler l’effectif, il va falloir trouver les derniers sponsors. Ce devrait être pour bientôt. Je suis en pourparler avec certains entrepreneurs. Mais l’équipe se partagera entre l’Irlande, la France et la Belgique. Ce sont pour l’instant les trois pays où nous évoluons.»

Nicolas Roche donne de son temps pour la formation de la relève irlandaise et désormais internationale. Entouré et aidé par Phil Finegan et ,Dermot Rutherford le coureur formé en France prend son rôle très à coeur. «Évidemment, il y a beaucoup de choses que je ne peux pas faire. C’est sûr que ce n’est pas moi qui les emmène sur les courses ou qui conduis la voiture ,!» glisse-t-il le sourire aux lèvres. «Mais par contre, dès que je peux aider, je le fais. Je discute avec les organisateurs, les sponsors, les coureurs. C’est surtout l’hiver qu’il faut être là. Après Philipp me tient au courant du comportement des coureurs et de leurs résultats.»

Petit projet deviendra grand ?

Si les sponsors venaient à se positionner sur le long terme, une équipe Espoir (U23) pourrait venir faire le lien avec la Nicolas Roche Performance Team. «Suivre des jeunes c’est super. Mais deux ans, c’est court. On s’attache aux coureurs. Et puis on aimerait les suivre sur du plus long terme…» Projet ambitieux et formateur pour un pays passionné de vélo qui ne compte qu’une dizaine de coureurs professionnels !

Par Josselin Riou
@Josselin_Riou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s