Nommay livre ses champions

Photo : Thomas Maheux

Après Quelneuc en 2012, c’est la cité franc-comtoise de Nommay qui accueillait ces championnats de France 2013 de cyclo-cross. Située juste au nord-est de Montbéliard, cette ville de tout juste 1621 habitants est une véritable terre de cyclo-cross. Le circuit de Brognard accueille ainsi pour la troisième fois de son histoire les championnats de France de la discipline après avoir vu 9 épreuves de coupe du monde, rien que ça, depuis l’hiver 1996. La Gazette Des Sports vous dresse le bilan de ces championnats de France 2013 de cyclo-cross !

Pauline Ferrand-Prévôt et Christel Ferrier-Bruneau encadrent la nouvelle championne de France : Lucie Chainel / Photo : Marion Denis
Pauline Ferrand-Prévôt et Christel Ferrier-Bruneau encadrent la nouvelle championne de France : Lucie Chainel / Photo : Marion Denis

Dames / Juniors : Chainel et Perry sans concurrence.

Départ doné, Lucie Chainel se portait en tête. Premier virage et les trois filles qui la suivaient chutèrent d’un seul coup au pied des escaliers. Julie Krasniak, Caroline Mani et Eva Colin se retrouvèrent ainsi à terre dès le début de course. De ce fait, Lucie Chainel prenait seule le large sans attendre ses adversaires. L’ancienne compétitrice du CC Etupes, originaire de franche-comté remettait son titre en jeu avec une pression particulière. En effet, lors des deux derniers rendez-vous nationaux, l’épouse de Steve Chainel était tombée sur plus forte qu’elle. A son crédit, sur la scène internationale, elle s’était révélée la meilleure tricolore, se classant régulièrement au pied du podium sur les épreuves de coupe du monde. Rapidement isolée en tête de course, Lucie Chainel allait creuser l’écart avec ses poursuivantes de manière progressive avant de s’assurer un second titre national en autant d’années. Cette adepte du VTT a su combiner force physique et adresse technique pour venir à bout de la boue franc-comtoise. Même les flocons de neige, accumulés au cours de la nuit, et un froid venu de Sibérie n’auront pas gêné la désormais double championne de France de cyclo-cross. Dans quelques semaines, à Louisville, Lucie Chainel entretient l’espoir de monter sur le podium des prochains championnats du monde. Ce dimanche, Chainel a démontré ses qualités et qu’elle était bien la meilleure française de l’hiver !

Pauline Ferrand-Prévôt a lutté pour décrocher l'argent / Photo : Thomas Maheux
Pauline Ferrand-Prévôt a lutté pour décrocher l’argent / Photo : Thomas Maheux

Derrière, la lutte fît rage pour les médailles d’argent et de bronze entre Pauline Ferrand-Prévôt et Christel Ferrier-Bruneau, bien loin derrière Lucie Chainel. Peu à l’aise dans la boue et le froid de Franche-Comté, la champenoise et la languedocienne ont bataillé dos à dos jusqu’au bout. Meilleure que son adversaire dans les parties boueuses et techniques, Ferrand-Prévôt a finalement réussi à prendre le dessus pour empocher le médaille d’argent de ces championnats de France de cyclo-cross mais à plus d’1 minute et 45 secondes de la double championne de France ! Christel Ferrier-Bruneau complétait quant à elle le podium national en accusant un retard conséquent de 2minutes 15secondes… Derrière, les malchanceuses du jour, Caroline Mani et Julie Krasniak ont terminé leur course comme elles ont pu, forcément déçues de ne pas avoir pu s’exprimer à leur véritable niveau.

Laura Perry laisse exploser  sa joie / Photo : Thomas Maheux
Laura Perry laisse exploser sa joie / Photo : Thomas Maheux

Dans le même temps, se disputait l’épreuve des juniors dames. Parties avec 30 secondes de retard sur les Elites, Laura Perry a réalisé une course exemplaire. Chez elle, devant son public, la lauréate du Challenge National a fait cavalier seul durant 40 minutes. Alors qu’elle rattrapait peu à peu les concurrentes Elites, la franc-comtoise distançait ses propres adversaires au titre junior. Championne de France chez les cadettes l’an passé, la cyclistine du CC Etupes a complété sa collection personnelle ce dimanche dans une joie indescriptible au moment de passer la ligne d’arrivée. A signaler que Laura Perry termina à la 7e place du classement scratch à environ 4’ de son aînée, Lucie Chainel, une performance pour la jeune fille de seulement 16 ans ! Régulièrement dauphine de Perry au cours de l’hiver, Emeline Gaultier Martin est allé décrocher une prometteuse médaille d’argent nationale. L’an passé, elle avait échoué au pied du podium à Quelneuc, au cœur de sa Bretagne natale. Cet hiver, la costarmoricaine a pris connaissance de ses capacités sur le plan national et est parvenue à faire douter Laura Perry sur certaines épreuves comme Besançon. A Nommay, elle prit la 10e place de l’épreuve Elite/Juniors ! Le podium de ces jeunes concurrentes était complété par la limousine Audrey Menut. Championne de France cadettes à Lanarvilly en 2011, la petite sœur de David Menut, Espoir de haut-niveau, avait déjà été bronzée à Quelneuc, l’an passé. Une collection de médaille qui se complète d’années en années pour la licenciée de Creuse Oxygène.

Juniors : Clément Russo fait le boulot.

Clément Russo porte sa nouvelle tunique tricolore / Photo : Leslie Corbel
Clément Russo porte sa nouvelle tunique tricolore / Photo : Leslie Corbel

En novembre dernier, il devenait vice-champion d’Europe Junior derrière l’intouchable Mathieu Van Der Poel. Depuis cette médaille d’argent européenne, Clément Russo s’était imposé à Besançon lors de la 2e manche du challenge national de cyclo-cross. Début décembre, il vivait l’une des plus dures journées de son hiver. En effet, à Pontchâteau, lors de la finale de ce Challenge, le coureur de l’IC Charvieu-Chavagneux a vécu un cauchemar. Finalement au-delà du top 10, il était détrôné de sa position de leader au Challenge National et s’annonçait remonté pour ces championnats de France. Parti en première ligne, le rhônalpin laissa Yan Gras (Lorraine) faire le forcing avant de revenir au contact quand il l’a voulu. Malheureusement, Russo était accompagné de Léo Vincent. Ces trois jeunes coureurs allaient parcourir les 40 minutes de course, roues dans roues, sans jamais réellement se distancer. Ce fût un peu « A toi, à moi » jusqu’à ce que le champion de Rhône-Alpes s’en aille définitivement dans le dernier tour. C’est ainsi qu’il forgea un succès attendu mais pas assuré tant le niveau du cyclo-cross français est élevé et homogène. Russo se tourne désormais vers les prochains championnats du monde de la discipline qu’il devrait, sauf surprises, disputer en février prochain. Aux Amériques, l’isérois peut espérer réaliser l’exploit de monter sur le podium !

Léo Vincent est allé au bout de lui pour devenir vice-champion de France / Photo : Thomas Maheux
Léo Vincent est allé au bout de lui pour devenir vice-champion de France / Photo : Thomas Maheux

Léo Vincent se présentait au départ dans la même position que Juliette Labous. Tous deux lauréats du Challenge National, tous deux francs-comtois, ils avaient tous les deux l’ambition d’être sacré champion de France à domicile. Malheureusement, comme son homologue cadette, Léo Vincent est passé tout près du sacre mais il dû se contenter de l’argent… Longtemps le coureur du VC Ornans restait collé à la roue de Clément Russo, son plus grand concurrent à la victoire finale. S’il ne parvint pas à répondre à l’une des attaques de Yan Gras, Léo Vincent prit son temps, et à son rythme, il revint dans les roues de ce groupe de tête. Seule la dernière estocade de Russo fût fatale au bisontin. Ancien champion de France cadet, Léo Vincent dû cette fois se contenter de l’argent, sur ses terres, mais il est tombé sur plus fort que lui.

Yan Gras, surprenant 3e / Photo : Thomas Maheux
Yan Gras, surprenant 3e / Photo : Thomas Maheux

S’il n’est pas surprenant de retrouver ces deux juniors aux deux premières places, le détenteur de la médaille de bronze n’était pas attendu à un tel niveau. Venu du comité de Lorraine, Yan Gras est loin d’être un novice en cyclo-cross. Petit frère d’Irwin Gras, coureur espoir du CC Etupes, il avait remporté le challenge national cadet 2011 et était le grand favori du championnat de France cadet de l’an passé. Stressé, sous pression, le coureur de l’EC Stéphanoise n’avait su s’exprimer à son réel niveau et n’avait même pas intégré le top 30 à Quelneuc ! Cette année, Yan Gras a pris la 8e place à Saverne, la 18e à Besançon, la 12e à Pontchâteau ce qui le plaçait à la 10e place du classement général du Challenge National alors qu’il n’était que junior 1. Une belle saison 2012/2013 que le lorrain ponctua d’une médaille de bronze aux championnats de France. Attendu en 2012, Yan Gras aura répondu présent en 2013 quand on l’attendait le moins.

Lucas Dubau a réalisé une course exemplaire / Photo : Thomas Maheux
Lucas Dubau a réalisé une course exemplaire / Photo : Thomas Maheux

Si Gras n’était pas forcément attendu à Nommay, eux l’étaient beaucoup plus. Sébastien Havot, 3e meilleur français de l’année à seulement 16 ans, le champenois prit la 13e place de ce championnat. Autre Junior 1 quelque peu déçu de ses « France » avec le provençal Hugo Pigeon, classé 16e et qui visait un éventuel Top 10. Très en vue en début de saison, pris dans une spirale négative, le normand, Benoit Cosnefroy, 2e à Saverne a terminé 35e de ce championnat de France. A l’inverse, certains ont créé  des surprises à l’image de Lucas Dubau, 6e, qui n’avait jamais atteint un tel niveau cet hiver ou encore Aurélien Philibert, 7e, sans doute motivé par la médaille d’argent de son coéquipier dijonnais, Joffrey Degueurce chez les cadets. Un championnat, cette course d’un jour où tout peut arriver réserve de perpétuelles surprises qui font l’unicité de ce genre d’épreuves.

Cadets : Canal au bout du suspens.

Emile Canal n'a pas tremblé pour s'imposer / Photo : Thomas Maheux
Emile Canal n’a pas tremblé pour s’imposer / Photo : Thomas Maheux

Vainqueur à Saverne et Besançon des deux premières épreuves du Challenge National cadet de cyclo-cross, 2e à Pontchâteau lors de la finale, Emile Canal avait remporté, haut la main, le classement général de cette épreuve. Ainsi, cet acrobate franc-comtois se présentait à Nommay en incontestable favori. Déjà sacré, l’été dernier aux Gets, champion de France de VTT alors qu’il n’était que cadet 1ère année, Emile Canal rêvait d’accrocher un second maillot tricolore à sa garde-robe en moins de six mois Alors qu’il prenait les rênes de la course en compagnie de son coéquipier, Quentin Simon, le franc-comtois, flanqué du dossard 1 faussait compagnie à ses adversaires. D’un seul coup, tout le monde croyait assister à un récital du jeune vététiste. C’était sans compter sur la vaillante adversité de Joffrey Degueurce. Bien inspiré, le dijonnais allait lutter jusque dans le dernier tour où il fût contraint de subir la loi du plus fort. Emile Canal était ainsi sacré champion de France et prenait la succession d’Anthony Kuentz.

Joffrey Degueurce,a qui le dossard 13 a porté chance / Photo : Thomas Maheux
Joffrey Degueurce,a qui le dossard 13 a porté chance / Photo : Thomas Maheux

Membre du Pôle Espoir de Bourgogne, Joffrey Degueurce a étonné tout le monde sur ce championnat de France ! Parti en 2e ligne, le jeune bourguignon a réalisé sa propre course, loin du trafic. Remonté rapidement parmi les 10 premiers puis dans le Top 5, le coureur du SCO Dijon promettait un résultat intéressant. Finalement, il s’isolait une dizaine de secondes derrière le leader, Emile Canal avant de revenir dans la roue de ce dernier ! Alors que beaucoup pensaient que le franc-comtois allait facilement prendre le large pour s’imposer, Joffrey Degueurce contredisait cela allant même jusqu’à prendre la tête de course à la cloche ! Ce dernier tour allait voir Canal s’en aller, laissant le dijonnais à quelques secondes. Degueurce pouvait ainsi savourer une médaille d’argent acquise de mains de maître et que personne ne lui aurait attribué au départ.

Tanguy Turis, premier cadet 1 / Photo : Thomas Maheux
Tanguy Turgis, premier cadet 1 / Photo : Thomas Maheux

Un peu plus loin derrière, la bataille faisait rage pour décrocher le bronze. Parti rapidement, le normand Mehdy Henriet ne pouvait suivre le rythme des leaders et dû se résigner à ralentir. Ainsi, ce sont Quentin Simon (Franche-Comté) et Sandy Dujardin (Rhône-Alpes) qui se disputèrent la 3e marche du podium. Bien que connaissant le circuit mieux que personne, le local, Quentin Simon ne parvint pas à résister aux assauts du jeune Dujardin. Ce dernier permit ainsi au comité de Rhône-Alpes de décrocher sa première médaille de la journée, quelques heures avant le sacre de Russo chez les juniors. Vainqueur de la finale du Challenge National à Pontchâteau, Julien Durbresson se contenta de la 6e place qui ne pouvait satisfaire ce provençal. Au rang des bonnes surprises, nous retrouvions Corentin Roux (Midi-Pyrénées), parti en 28e position et classé finalement 7e. Le plus jeune de la fratrie Turgis, Tanguy, premier cadet 1, prenait quant à lui le 9e rang de championnat de France, deux places devant Simon Lepoittevin-Dubost (Normandie) surprenant 11e et 2e coureur de 14ans ! L’avenir s’annonce prometteur.

Cadettes : Océane Grumel tient sa revanche !

Juliette Labous ne fût pas à son avantage / Photo : Thomas Maheux
Juliette Labous ne fût pas à son avantage / Photo : Thomas Maheux

« Nul n’est prophète en son pays » est un adage qui relate la situation de Juliette Labous. En effet la franc-comtoise est l’une des meilleures cadettes en cyclo-cross, loin de ses bases. En témoignent ses performances de Besançon et de ce-jour, à Nommay, les deux seules épreuves nationales de cet hiver 2012/2013 où la franc-comtoise ne s’est pas imposée. Classée 2e lors du Challenge National, sur ses terres bisontines, Juliette Labous a pris la 3e place lors des championnats de France de Nommay. Si on parle souvent d’une envie de se surpasser, de faire encore mieux devant son public, la pression d’évoluer à domicile peut parfois prendre le dessus. Heureusement, la route est encore longue et les nouvelles chances d’obtenir une tunique Bleu-Blanc-Rouge devraient être nombreuses pour ce jeune talent du cyclisme français. A signaler qu’Océane Grumel, la toute nouvelle championne de France avait remporté le Challenge National l’an passé avant de se classer 3e du championnat de France et de l’emporter cette année. Juliette Labous a fait exactement la même chose au cours de cet hiver! Et si en 2014, la bisontine venait à imiter la languedocienne ?

Océane Grumel n'a jamais été réellement inquiétée / Photo : Thomas Maheux
Océane Grumel n’a jamais été réellement inquiétée / Photo : Thomas Maheux

« Tout vient à point à qui sait attendre » serait en revanche la maxime d’Océane Grumel ce samedi. En effet la languedocienne a su prendre son mal en patience. Lauréate du Challenge National de cyclo-cross l’an passé, la coureuse de Lunel Bike n’avait pris que la troisième place du championnat de France de Quelneuc, éprouvant une compréhensible déception. Cet hiver, pour sa deuxième année dans la catégorie des cadettes, cette spécialiste du VTT a changé sa vision des choses. Si bien que le Challenge National 2012 ne devint qu’un entraînement et non un objectif en lui-même. Vainqueur(e) à Besançon de la deuxième épreuve de ce Challenge, Océane Grumel ne pouvait jouir d’une telle réussite lors de la finale, à Pontchâteau. Finalement, il ne restait plus que les championnats de France de Nommay pour que la saison de cette jeune cyclistine devienne parfaite ! De par son pedigree, elle se présentait comme l’une des grandes favorites, aux côtés notamment de Juliette Labous ou Chloé Fortin. L’héraultaise a finalement réalisé la course parfaite malgré deux chutes sans gravité sans n’être inquiétée par quiconque. Ainsi, Océane Grumel succédait au palmarès des « France » à Laura Perry et confirme les attentes placées en elle.

La ligérienne Chloé Fortin " Poulidor " des cadettes / Photo : Thomas Maheux
La ligérienne Chloé Fortin  » Poulidor  » des cadettes / Photo : Thomas Maheux

Seconde à Saverne et Pontchâteau, cinquième à Besançon, Chloé Fortin prit la deuxième place du classement général du Challenge National de cyclo-cross 2012. Véritable « Poulidor » chez les cadettes, la ligérienne se présentait comme l’outsider à la victoire à Nommay. Mais malheureusement pour elle, seule la seconde marche du podium semblait vouloir l’accueillir. Partie vite, elle vit rapidement Grumel la rattraper avant de la dépasser. Ensuite, il fût impossible pour la sociétaire du VC Herbretais de recoller à la tête de course. Ainsi, Chloé Fortin peut compter pas moins de quatre places de seconde au cours de l’hiver sur la scène nationale. Des résultats de bon augure pour la saison de route 2013 qui se profile à l’horizon.

Jérémy Lecroq s'est classé 10e chez les juniors / Photo : Charline Noel
Jérémy Lecroq s’est classé 10e chez les juniors / Photo : Charline Noel

Interview de Jérémy Lecroq, 10e junior de ce championnat de France sous les couleurs du comité d’Île-De-France :

« Le circuit de Nommay était vraiment très beau. Avec mon entourage et mes entraineurs, Fred Blanchon et Anthony Colas, nous avons bien préparé cette course qui clôturait ma saison de cyclo-cross. J’étais donc très motivé. J’avais l’envie de bien faire sur ce beau parcours !

Venons-en à la course en elle-même. J’ai fait un bon départ, je suis arrivé dans le top 5 en bas de l’escalier, au bout de la ligne droite du départ. Malheureusement, Mathieu Morichon (Limousin) est tombé et a créé un bouchon. C’était l’anarchie ! A celui qui poussait le plus fort pour passer. Je suis sorti de cet escalier en étant 14e. Ensuite, j’ai essayé de ne pas faire les deux premiers tours à bloc, mais plutôt à faire attention à mes trajectoires, à gérer. J’étais très bien conseillé sur le bord du circuit par Alain LeBras et Anthony Colas. Leurs analyses m’ont beaucoup aidé et c’est à l’image de toute l’aide qu’ils m’ont apporté au cours de la saison hivernale.

Je suis ensuite remonté à la 7e place et puis je suis tombé, en bas d’une butte, en descente, je me suis accroché à un piquet ! J’ai senti mon épaule se déboiter et j’ai pris un coup dans le dos… En remontant sur le vélo, je n’arrivais plus à tenir mon guidon, j’en pleurais de douleur ! Je suis repassé 12e et c’est au mental que j’ai pu accrocher ce top 10. J’ai vraiment tout donné.

Je suis tout de même un peu déçu car la 7e place n’est qu’à 10 secondes devant moi… mais bon, au départ, j’aurais signé immédiatement si on m’avait annoncé que je finirais dans le top 10 ! Cette course est donc une entière satisfaction comme toute ma saison de cyclo-cross, exceptée, peut-être, le Challenge National de Pontchâteau où je n’étais pas à mon avantage.

Désormais, ma saison hivernale est terminée. Je vais procéder à une coupure de deux semaines pour recharger entièrement les batteries en vue de la saison sur route qui arrive. Dès la fin du mois de février, j’ai un gros programme qui me tend les bras avec Kuurne-Brussel-Kuurne, le GP de Lillers, les Boucles de Seine et Marne et la Bernaudeau Junior…

Pour tout ce qu’ils m’apportent, je souhaite remercier mon entourage : ma mère, ma tante et mon oncle, qui me suivent pratiquement partout où je vais. Mais également mon entraineur, Frédéric Blanchon, grâce à qui j’ai beaucoup progressé. Enfin la famille LeBras ainsi qu’Anthony Colas qui me conseillent et m’encadrent sur toutes les épreuves de cyclo-cross de l’hiver. Ils m’ont été d’une aide précieuse et je tenais vraiment à leur faire plaisir sur ce championnat de France. Sans eux, jamais rien ne se serait déroulé de cette manière. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s