Paris-Roubaix

Paris-Roubaix Juniors 2012 : Les réactions françaises.

Félix Pouilly – 8ème :

 » C’était magique, plus grand que ce à quoi je m’attendais. J’étais bien tout de suite, et j’ai réussi a bien me placer dans les premiers secteurs. Ensuite j’ai attaqué une première fois dans un groupe d’une dizaine à 40km de l’arrivée. Le futur vainqueur était là et j’ai lâché beaucoup de force à ce moment. On s’est fait reprendre à 25km de l’arrivée, la bonne ressort dans la foulée et je suis piégé, mais Anthony Turgis suit le coup. Ensuite dans l’arbre j’ai donné tout ce que j’avais et on sort à 6 7, sur un peloton de 50 avant ça. J’étais à bloc tout le final et j’ai sprinté comme j’ai pu.
Je suis mitigé, je rêvais de la victoire, et j’avais pour objectif le podium. Mais le premier était intouchable, trop fort. On me dit que le top 10 c’est bien, mais je pense que j’aurais dû mieux faire étant du coin. Le plus difficile fût le placement. Ca frottait énormément, ça tombait de partout, des grosses chutes, et il a vraiment fallu aller à « la guerre » pour rentrer dans les premiers sur les pavés. Ensuite la fin de course a aussi été très difficile, l’enchainement des efforts et des secteurs pavés rend les derniers kilomètres très pénibles, on finit vraiment à l’énergie.
En un mot, c’était GRAND. On ne peut pas s’imaginer ce que c’est tant qu’on ne l’a pas vécu. Ca ne ressemble à aucune autre course. Mais maintenant je suis sûr d’une chose, j’aime Paris Roubaix, et j’y retournerais à l’avenir pour essayer d’y faire mieux.  »

Dylan Kowalski – 16ème :

 » Au début de saison j’avais vraiment envie de faire Paris-Roubaix car c’est vraiment la plus belle course ! J’ai eu un avis favorable de Pierre-Yves Chatelon pour y participer. Je suis du coin et mes ambitions étaient de rentrer dans le top 15 , malheureusement je fais 16ème…
La course fût très longue à se décanter contrairement à ce qu’on avait pu imaginer. J’ai toujours pris les pavés dans les 25 premiers , ensuite un groupe d’une dizaine de coureur est parti, j’y suis allé à contre temps. J’ai eu du mal à rentrer, mais heureusement, un groupe de 4 coureurs nous a rejoint. Après le secteur de Cysoing, le peloton s’est reformé. De nouveaux, 5 coureurs sont partis après Bourghelle .J’ai ensuite pris les derniers pavés dans les premiers mais une cassure s’est produite. J’ai tenté de rentrer sur la route mais  ils étaient vraiment forts ! Je suis arivé au vélodrome pour la 13ème place et je termine donc 16ème ! Je suis à la fois satisfait et déçu  »

Thomas Boudat – 20ème :

« Je suis tombé une première fois à cause de deux italiens qui m’ont fait tomber volontairement et à ce moment j’ai cassé ma chaussure mais je ne m’en suis pas rendu compte. Je suis donc reparti bien amoché et à l’amorce du deuxième secteur pavé je me mets en danseuse pour remonter le paquet, j’ai déchaussé et chuté. Après être reparti, je suis rentré avant le 3ème secteur pavé au sein du peloton. A l’entrée de ce 3ème secteur pavé,un coureur est tombé devant moi, je l’évite mais c’est un coureur derrière moi qui me rentre dedans et me fait retomber. A la suite de cela, je rentre après de nouveau dans le peloton et je m’aperçois que ma chaussure était cassée donc j’ai appelé ma voiture afin de changer de chaussure. Je suis remonté devant, la un belge casse ma patte de dérailleur.       Et puis après j’essayer de suivre les meilleurs mais au carrefour de l’arbre j’étais mal placé et je me suis fait distancer. À l’arrivée, je lance le sprint trop tard et je fais 3ème de mon groupe.Désormais, j’ai une très grosse douleur à mon poignet gauche ainsi qu’à mon genou droit, je vais voir le médecin de l’équipe de France cet après-midi, (Lundi 9 avril, Nldr). »

Anthony Morel – 36ème :

« Je suis toujours resté dans les 30 premiers du peloton, je ne me sentais pas trop mal. Avant le secteur du moulin de vertain, j’ai été victime d’une chute. Je suis parvenu à rentrer par la suite sur la tête de course avant le secteur de cysoing mais j’ai senti que les jambes n’étais plus les mêmes.
Mon résultat ne me satisfait pas car j’avais comme objectif de bien faire, c’est à dire une place dans les 15. Le plus dur dans ce Paris-Roubaix junior a était l’enchaînement des secteurs pavés.C’était une très belle course, et je ne regrette rien car j’ai le sentiment d’avoir tout donné. »

Maxime Piveteau- 41ème :

Ma course a été mitigée, j’ai eu du mal à arriver placé dans le premier secteur, du coup pendant 4 ou 5 secteurs je prenais des cassures dues aux chutes, aux coureurs qui crevaient dans les secteurs… Puis dans le même temps, j’ai eu un problème de dérailleur avant, j’avais la chaîne qui sortait du plateau dans les secteurs pavés, ce qui me faisait perdre du temps par moment. Je suis donc descendu régler cela à la voiture quand il y a eu un temps mort vers Orchies. Puis je commençais à me sentir de mieux en mieux au fil des secteurs, j’étais prêt à sortir ou à aider l’équipe. Cependant, avant le secteur 5, Camphin en Pévèle, j’ai le charriot de ma selle qui s’est desserré ! J’étais en train de perdre ma selle, alors j’ai changé de vélo. Ensuite, je suis reparti dans la file des voitures, ce qui n’a pas facilité ma remontée dans le peloton.

Dans le carrefour de l’arbre, j’étais derrière la voiture de l’équipe de France, qui avait repris sa place en 2ème position, je voyais que j’allais enfin pouvoir rentrer. Mais le chariot sur le vélo de rechange s’est à nouveau desserré, et étant derrière ma voiture, ils n’ont pu le voir. Du coup j’ai du faire 5 ou 6 kilomètres sans pouvoir m’asseoir. Heureusement pour moi, la voiture de Russie à accepte de me dépanner, mais le dépannage à pris du temps car on a été obligé de s’arrêter sur le bord de la route, j’étais donc très loin… Je les remercie, car ça m’a permis d’arriver au vélodrome, ce que je voulais absolument.

Je ne suis pas vraiment déçu, car ce sont des incidents sur lesquels je n’y pouvais rien, et je suis heureux d’avoir fini, car c’est tellement beau ! La difficulté de la course, le niveau des coureurs, et le public, très nombreux me resteront longtemps en mémoire ! On ne peut s’en rendre compte, c’est vraiment unique, magique même. C’est une course que j’espère pouvoir refaire un jour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s